Canalisations en plomb : ce que dit la loi

 

Le plomb est nocif pour la santé. Si son utilisation est interdite dans les constructions neuves, certains logements anciens possèdent encore des canalisations en plomb. Quelles sont alors les obligations à respecter ?

 

Habitat : le plomb dans l’eau du robinet

Le plomb étant très nocif pour la santé, sa teneur dans l’eau du robinet est réglementée. Depuis le 24 décembre 2013, l’eau ne doit pas contenir plus de 10 µg. Cette norme peut parfois être dépassée quand, dans des immeubles anciens, les canalisations sont en plomb. Interdites depuis 1990, on trouve pourtant encore des tuyauteries en plomb dans des immeubles construits avant cette date. Un excès de plomb dans l’eau potable peut entraîner une intoxication grave : le saturnisme.

 

Le diagnostic immobilier plomb

Le « constat de risque d’exposition au plomb » réalisé lors de la vente d’un logement, vise à détecter la présence de plomb dans les revêtements et peintures. La présence de plomb dans les canalisations ne fait pas partie des éléments de ce diagnostic. Il est toutefois recommandé de réaliser une expertise pour s’en assurer, même si en cas de vente, rien n’oblige un copropriétaire à faire réaliser un diagnostic sur la présence de plomb dans les canalisations.

Le remplacement des canalisations en plomb

Avant la mise en place des nouveaux seuils de tolérance concernant la présence de plomb dans l’eau du robinet, la teneur autorisée était de 25 µg. Avec cette nouvelle réglementation, de nombreuses copropriétés ont été contraintes de remplacer les canalisations en plomb par des canalisations en cuivre ou en PVC pour éliminer tout risque pour la santé et respecter la réglementation.Dans les parties privatives, c’est à chaque copropriétaire de faire réaliser les travaux nécessaires. Si la teneur en plomb de l’eau du robinet est trop élevée, le syndic conseille les copropriétaires sur les modalités de réalisation des travaux nécessaires.

 

Publié par Anne Maurel

 

 

Partager cette page :